Recherche


COVID19, Riposte créative territoriale et Connecteur recherche du 20 mai


La crise sanitaire actuelle et ses conséquences sociales, territoriales et organisationnelles sont à la fois facteurs de grandes difficultés, mais aussi de riches initiatives que le CNFPT cherche à mettre en lumière et en relation; ainsi que de nombreux questionnements et réflexions que nous souhaitons instruire, avec les acteurs publics territoriaux et les acteurs de la recherche, pour préparer l'avenir.

Le 20 mai dernier, le CNFPT a organisé avec le concours de la Fing un “Connecteur Recherche” : c’est un format d’échanges entre chercheurs et praticiens, cette fois autour de quatre sessions thématiques.
Un second « Connecteur Recherche autour de quatre nouvelles sessions thématiques est prévu le 3 juillet prochain.

L’enjeu pour le CNFPT est d’accompagner l’accroissement de l’agir en compétence des agents territoriaux, notamment à l’occasion de cette situation de crise, en favorisant la dialectique entre les pôles de l’expérience et de la connaissance. Cette démarche s’inscrit dans une démarche d’apprentissage expérientiel. Il s’agira donc de partir d’échanges entre praticiens et chercheurs à partir de l’expérience des acteurs du territoire, de leur mise en réflexivité, de la confrontation à des corpus de recherche et au-delà de ces seuls connecteurs de s’engager sur des démarches de recherche-action ou de recherche-intervention ou d’autres modalités d’accompagnement des agents territoriaux.

Concernant ces connecteurs, il ne s'agit donc pas d'un colloque, avec présentation d'une communication : nous avons invité trois chercheurs à partager leurs questionnements émergents et terrains actuels ou potentiels de recherche, inconnus, pistes de prospective... avec les praticiens présents (acteurs publics territoriaux, CNFPT, autres professionnels) venus en posture réflexive.

CONNECTEUR RECHERCHE : LE MODE D’EMPLOI


Format : De 10h à 12h, puis de 14h à 16h, 3 à 4 sessions de 2h environ, thématiques, qui rassembleront (en ligne) 2 à 3 chercheurs et 2 à 3 professionnels, 1 médiateur et 1 scribe et un groupe de participants contribuant à la discussion.

Objectifs : Du frottement entre chercheurs et acteurs, pour provoquer des mises en relation fertiles :
  • Porter à la connaissance des acteurs les travaux de recherche les plus éclairants
  • Apporter aux chercheurs des “questions de recherche” issues des acteurs professionnels, voire de la prospective
  • Permettre l’émergence de projets de jeunes chercheurs (Cifre, etc.)
  • Faire émerger des pistes d’offre de formation ou d’accompagnement des praticiens
  • Identifier des objets et terrains de recherche-action ou recherche-intervention

Productions :
  • Ressources : les références partagées par les uns et les autres au fil de la discussion
  • Pistes de recherche : proposées par les chercheurs ou issues des questionnements des praticiens
  • Terrains : contextes d'étude ou d'observation, matériaux documentaires, données Empiriques ...

Présentation des quatre premiers connecteurs retenus
  • La gestion de la crise
  • Les territoires, lieux, services, proximité
  • Les organisations confrontées à l’incertitude
  • Inégalités, inclusion, capacitation


Territoire, lieux, services, proximité

SESSION A1 | le 20 mai matin

La relation d'un territoire à ses ressources et à ses lieux est soumise à des tensions souvent anciennes mais que la situation actuelle (crise-confinement-distanciation) exacerbe. Les lieux physiques fonctionnent en mode "dégradé" ou fermé; les services numériques et la dématérialisation montent en puissance avec les difficultés afférentes; la dépendance au lointain est rendue plus visible que jamais et les initiatives de circuits courts, de logistique du 1er kilomètre de fabrication locale font ressurgir en force les perspectives de relocalisation ; l'importance des maillages locaux et des solidarités au sein de la société civile confronte l'action publique à l'importance de coopérations avec un jeu d’acteurs territorial reconfiguré.

Quels sont les risques mais aussi les fertilités des situations rencontrées, quelles ingénieries peuvent permettre de s'en emparer, quelles capacités collectives faut-il développer pour renforcer l'autonomie et la résilience des territoires dans ces situations fragilisantes ?



Animateur : Jacques-François Marchandise
Scribe : Mathilde Bras
Référent CNFPT : Bernard Alix
Ordre de passage : Victoria Senelier, Boris Chevrot, Norbert Friant, Chloé Tankam, Frank Périnet, Luc Gwiazdzinski
Ordre de passage :
  • Victoria Senelier, DGS Communautés de communes Parthenay-Gâtine
  • Boris Chevrot, Sociologue Collège européen de Cluny-Communauté de Communes du Clunisois
  • Norbert Friant, Rennes métropole, responsable numérique, cofondateur du LabFab
  • Chloé Tankam, Maîtresse de conférence en économie à AgroParisTech , Centre de Clermont-Ferrand
  • Franck Périnet, DGA CNFPT, Directeur de l’INET
  • Luc Gwiazdzinski, Maître de conférences géographie urbaine et sociale – Laboratoire PACTE à l'université de Grenoble


Notes du connecteur A1



Gestion de crise

SESSION B1 | le 20 mai matin

La crise sanitaire du Covid19 pose un ensemble de questions plus ou moins classiques : la complexité, qui amène les acteurs publics à se confronter à des champs d'expertise qui ne sont pas toujours les leurs, voire à des éléments d'anticipation qu'ils n'ont pas toujours pris en compte en amont; la tension entre les enjeux sanitaires et économiques, la difficile qualification des fonctions essentielles des territoires et des organisations; la multiplication des canaux d'information, mais aussi des moyens d'action éventuels. Des objets classiques (la cellule de crise, la communication de crise, les plans de prévention/de gestion/de sortie de crise) peuvent être questionnés. Les modes d'implication de la société civile, des communautés actives, sont en forte évolution, et l'articulation Etat-Territoires est l'objet de débats. Les relations aux technologies, infrastructures-clés, rôles des données, robustesse des réseaux et des systèmes techniques, comme les compétences professionnelles des acteurs devant intervenir hors des cadres habituels de leurs missions et postes de travail sont des matériaux riches qu'il sera important de traduire en enseignements, et dont il est utile de questionner la transférabilité à des crises d'autres natures.

Suite à un problème technique, ce connecteur n'a pas d'enregistrement vidéo.

Animateur : Denis Pansu
Scribe : Sophie Fourquet-Mahéo
Référent CNFPT : Françoise Anne-Braun
Ordre de passage :
  • Françoise Clech del Tedesco, Directrice conseil innovation stratégie, CD31 Haute Garonne
  • Florence Giust Des Prairies, Professeure de Psychosociologie, co-directrice du laboratoire de transformation sociale - Paris Diderot Paris 7
  • Doralie Besnard, Métropole de Rouen en charge du développement de l'économie numérique
  • William WEISS, directeur de la formation des sapeurs-pompiers professionnels au CNFPT
  • Patrick Pincet, DGS de la communauté d'agglo Grand Paris Sud
  • Paul-Henri Richard, Directeur de la Chaire gestion de crise


Notes du connecteur B1


Organisations publiques à l’épreuve de l'incertitude

SESSION A2 | le 20 après-midi

La situation du printemps 2020 met en lumière les difficultés du management d’une crise longue et incertaine, probablement différente du management d’une crise ou catastrophe aux contours et à la durée plus connaissables. Elle met en lumière la nécessité de savoir "agir en monde incertain", mais aussi sa difficulté pour les acteurs publics en tant qu'autorités et en tant qu'organisations. La part de bricolages, de transgressions, de simplifications temporaires qui s'avère nécessaire est-elle un recul pour ces acteurs, est-elle une ouverture vers des possibilités de simplification et d’innovation (organisationnelle, sociale, tech,…) ? Distribue-t-elle autrement les rôles entre acteurs publics et avec les autres acteurs de la société ? Quelles capacités constituer ? Les méthodes et communautés de l'innovation publique peuvent-elles contribuer à de nouvelles approches des incertitudes ?



Animateur : Denis Pansu
Scribe : Mathilde Bras
Référent CNFPT : Bernard ALIX
Ordre de passage :
  • Aude Fournier, DGA-PEPS, Conseil départemental du Nord
  • Mathias Béjan, Maitre de conférence HDR, co-responsable du Master Management des établissements de santé - Université Paris Est Créteil - et membre de la chaire innovation publique ENA ENSCI Sciences Po
  • Guillaume Colinmaire, Chef de mission Manag'Est Région Grand Est associé au Centre Edgar Morin (EHESS) et membre du comité scientifique de la chaire Edgar Morin de la complexité à l'ESSEC
  • Thierry Ambrosini, Délégué Qualité Innovation Pilotage chez Ville/Agglomération de Pau
  • Florian Graveleau, Chef du service innovation au département Loire-Atlantique


Notes du connecteur A2


Inégalités, inclusion, capacitation

SESSION B2 | le 20 après-midi

Les disparités sociales sont souvent amplifiées par les crises, celle-ci ne semble pas faire exception : à l'échelle de chaque territoire, les formes de travail les plus exposées, les formes de confinement les plus contraignantes et les formes de précarité les plus criantes concernent largement les personnes et familles les plus modestes. Les difficultés d'accès et d'usage du numérique peuvent aggraver la situation dans les territoires mal couverts ou provoquer des situations insoutenables dans la coexistence entre télétravail et continuité pédagogique, ou encore amplifier les fractures administratives et le non-recours aux droits. Dans le même temps la dématérialisation et les services en ligne revêtent un caractère de nécessité, on voit se produire des apprentissages accélérés, s'inventer de nouvelles médiations. Que nous apprennent les situations les plus délicates (personnes précaires/sans domicile) ? Comment se redisposent les formes d'intervention sociale ? Peut-on tirer de la crise des pistes vers des territoires et des organisations publiques plus capacitants ?

Suite à un problème technique, ce connecteur n'a pas d'enregistrement vidéo.

Animateur : Jacques-François Marchandise
Scribe : Sophie Fourquet-Mahéo.
Référent CNFPT : Isabelle Cazaunau
  • Marc Hatzfeld, Sociologue des marges sociales et des banlieues
  • Pascale Eon-Jourdrouin, Conseil Départemental des Côtes d'Armor
  • Mike Rackelboom, Chargé de mission projets sociaux et évaluation chez Mairie de Paris (DASES)
  • Joëlle Braeuner, Sociologue à l’UQAM, À part entière
  • Benoît Vallauri
  • François Huguet
  • Zoé Aegerter


Notes du connecteur B2