Interview Docteur Anne-Marie BINDER

  • conseil technique santé publique auprès du DGA Direction sociale et solidarité, médecin référent en protection de l’enfance, chef de service intérim PMI,département de Maine et Loire ; maître de stage en 3ème cycle universitaire des études de médecine générale
    .


Actions menées / pandémie Coronavirus :

Au départ, le département a fait le choix de fermer ses structures mais très rapidement le constat a été fait que cette situation fragilisait trop les publics vulnérables.
  • Grâce à un bon partenariat avec le CHU d’Angers et l’ARS Pays de Loire, ont été mises en place plusieurs équipes mobiles : En soutien à la MECS (Maison d'enfants à caractère social) avec un médecin de PMI ; en soutien aux aidants familiaux avec une infirmière de santé publique ; en EHPAD ; et pour les personnes en grande précarité. Ce sont des dispositifs souples, intervenant au cas par cas, joignables par mail ou téléphone.
- Mise à disposition de professionnels de santé du département dans des dispositifs Coville49 : centres de consultation en lien avec le CHU, ce qui a contribué à sécuriser les entrées en MDS (Maisons départementales de solidarités)

Facteurs facilitants :

  • Existence au sein du département d’une mission de santé publique transversale a facilité la participation aux Comités de direction élargis, à la prise en compte de conseils quant au suivi des recommandations, ce qui a favorisé la réactivité.
- Le lien de médecin à médecin est facilitant dans les relations aux autres institutions. Et l’existence d’un poste de conseil placé auprès du DGA a facilité le lien de confiance avec ses homologues en CHU et en ARS .
- Existence de lien avec la faculté de médecine grâce à sa pratique de maitre de stage universitaire, à l’expérience d’accueil de services sanitaires a facilité le travail avec des internes de santé publique

Enseignements de cette crise :

  • Cette expérience modifie positivement l’image de notre fonctionnement institutionnel.
- Le DGA est très enclin à porter cette souplesse, cette réactivité face aux crises pour mettre en place des réponses rapides, précises et pratiques. Et les professionnels s’y retrouvent.
- Les agents du département ont identifié qu’il y a au sein de l’institution un service médical qu’ils peuvent contacter.
- Poursuivre une guidance de santé publique à prendre en compte au sein du département, à partager en fonction des organisations territoriales, serait une plus-value.
- Poursuivre le virage préventif entamé avec la PMI depuis quelques années.
Une dynamique de santé publique a toute sa place. Il s’agit d’accompagner au plus près les besoins des usagers.
PMI santé publique santé

Commentaires